Cette œuvre ne fait pas dans la demi-mesure. Violence et sexualité s’y mélangent et forment des plans d’une beauté poétique hallucinante. Amateur de la culture traditionnelle japonaise, ce Seinen décrivant la vie de deux samouraïs est fait pour vous.


  • · Genre : Arts Martiaux / Historique
  • · Réalisateur : Hiroshi Hamasaki
  • · Studio : Manglobe
  • · Année de production : 2007
  • · Nombres d’épisodes : 12 x 24 mins

Il est bien difficile de décrire brièvement cet anime. Néanmoins, ce qui est certain, c’est que cette adaptation du manga éponyme (lui-même basé sur la nouvelle de Norio Nanjo: Suruga-Jou-Gouzen Jiai) par les studios Madhouse a le mérite de surprendre. Si un objet devrait décrire cette série, ce serait un ressort. La tension qui émane des duels entres les différents protagonistes se relâche d’un seul coup. Pour cela, les combats durent en général le temps d’une seule attaque. Là où la plupart des autres séries préfèrent exagérer les effets visuels de certaines techniques, Shigurui opte pour un réalisme quasi-médical. La position du corps, les étirements des muscles et la tenue du Katana sont analysés avec la plus grande précision. Vous l’aurez compris, cette série ne vise pas un grand public, mais les passionnés de la culture traditionnelle japonaise.

L’histoire relate de l’évolution de deux jeune Samouraïs, Irako Seigen et Fujiki Gennosuke, au sein du Dojo Kogan Ryuu en l’an 1629. La série consiste en réalité à un immense flash-back. Le premier épisode nous montre deux personnages aux stades finales de leurs évolutions (et donc, avec les blessures qui en découlent). Ensuite, après un retour dans le temps de sept ans, le scenario continu avec l’arrivée d’Irako Seigen dans le Dojo de Kogan Ryuu et son premier duel avec Fujiki Gennosuke. Tout a été conçu pour augmenter la rivalité entre les deux personnages. Leurs manières d’être sont antagonistes. Ce Fujiki très droit et faisant preuve d’énormément d’abnégation au travail se retrouve désemparé face à la virtuosité de ce Irako plus libertin et volatile. Leurs physiques aussi sont contradictoires. Là où le corps de Fujiki apparait comme un idéal masculin, la silhouette plus frêle et les longs cheveux d’Irako lui donne un air plus efféminé.

Concernant les autres personnages de cette série, les femmes ainsi que le dirigeant du Dojo, un vieillard sénile du nom de Kogan, jouent un rôle essentiel dans la trame principale. Loin de suivre la voie habituel des animes, le maître est ici haïssable, dégoutant et malfaisant. Sa femme et sa fille, quant à elle, apparaissent, avec l’électron Irako Seigen bien entendu, comme les seuls personnages souhaitant s’échapper de la hiérarchie qui règne au sein du Dojo. Fujiki et les autres élèves de l‘académie se comporte en disciple absolu et ne remettrons jamais en cause les actions du maître, aussi horrible soient-elle.

Bonus song : Opening Theme

La subordination dont font preuve la plupart des élèves à l’égard de leur supérieur illustre bien un des fers de lances de Shigurui : décrire le mode de vie du Samouraï et ce, de la manière la plus fiable historiquement possible. Un des résultats logique de cette démarche est la violence qui dégage de certaine scène. L’univers de Shigurui est un univers cruel, sanglant, parfois même gore. Je pense notamment à une des premières scènes de l’anime où un samouraï s’effectue un Seppuku (s’ouvre le ventre) en publique. La beauté de Shigurui consiste justement à mélanger à la fois l’horreur et la poésie du style de vie du Samouraï.

Au sujet du dessin, quelle réussite magistrale! Il a été extrêmement travaillé. En outre, il y en a pour tous les goûts. Les paysages, les personnages et les distorsions de leurs corps et de leurs visages et même les scènes de violence, tout a été retranscrit avec la meilleure des qualités graphiques.

S’il y a bien un point sur lequel Shigurui peut être critiqué, c’est sur son manque de punch et d’action dans le sens où les combats consistent principalement à de longs face à face psychologiques. Pour ce fait, le travail d’animation y est assez peu important. Néanmoins, le peu effectué est parfaitement réussi et bluff par sa précision. Pour ce qui est de la musique, Shigurui est principalement composé de musiques d’ambiances. Reprenant des sonorités du japon médiéval, elle sert principalement à augmenter la tension régnant avant les combats.

Globalement, Shigurui est donc une véritable réussite et respire le travail bien fait. Très cru et réaliste, il mêle parfaitement poésie et violence. Cette œuvre tout sauf grand publique réjouira tout les passionnés du japon ancestral. Collectionneurs d’estampes, grands lecteurs de Haïku, cette anime vous est destiné.

Régalez-vous.


Notations :

  • · Graphismes : 9.5
  • · Réalisation : 8.0
  • · Scénario : 7.5
  • · Puissance : 8.0
  • · Musique : 7.0

Total : 8.0


INTERVIEW


►Entretien avec la team Saru, qui effectue le fansub français de l’anime Shigurui.

1) Tout d’abord, qu’est-ce qui vous a poussé à traduire un anime comme Shigurui, très violent et particulièrement malsain ? C’est un choix audacieux pour un anime qui, on pouvait le penser avant sa sortie, ne rassemblerait peut-être pas un large public d’internautes malgré sa qualité.
Si je me souviens bien, on parcourait les vosta d’un peu tout les nouveaux anime à l’époque ; Shigurui a tout de suite attiré notre attention. Au 2ème épisode, j’étais fan…

2) On voit que vous avez fourni beaucoup d’efforts sur la traduction pour bien informer les spectateurs sur la signification de certains mots, et en donnant également de nombreuses indications et précisions historiques (car Shigurui fait montre d’un réalisme très important dans sa temporalité). C’est un travail de recherche impressionnant !
merci ^^

3) Avez-vous pour cette occasion fait des recherches plus avancées sur la période de l’ère Kan’ei ? (les clans, les évènements historiques, la civilisation japonaise, etc.) Quelle a été votre plus grande difficulté dans le fansub de Shigurui ?
>D’une maniere générale, on faisait les recherches sur ce qui nous intéressait, et c’est en parcourant les pages à la recherche de l’information qu’il nous fallait qu’on en apprenait encore plus sur le contexte historique de l’époque, qui ne se résume, en fin de compte, pas uniquement aux samouraïs héroïques defendant à tout prix leur honneur ; on se rend compte que pas mal étaient de beaux salopards ^^.

4) On remarque facilement que vous avez décidé de coller à l’esthétique très classique de l’anime au travers de vos choix de caractères de sous-titres et pour les cadres des notes complémentaires, très sobres. Comment avez-vous abordé ces choix ? En êtes vous fiers ?
C’est Kougar qui a tout fait, et je dois bien avouer qu’il s’est bien gavé.

5) Pensez-vous donc qu’il est primordial pour le côté esthétique du fansub de coller avec le style de l’anime ?
Euh… j’aurais mal vu des sous-titres rose bonbon.

6) Qu’avez-vous pensé personnellement de Shigurui ? vous-êtes vous questionné sur vos choix (décision de continuer le fansub, choix de l’esthétique des caractères, etc.) au cours de la série ?
En deux mots et demi : j’suis fan.

7) Au travers de certains posts que j’ai pu lire sur des forums, on peut dire que certains internautes vous reprochent une certaine lenteur dans votre rythme de traduction. Cela est-il dû à toutes les recherches que vous avez dû fournir pour être le plus précis possible ?
Alors alors… Dans un premier temps, la team de fansub Saizen qui nous permettait de traduire l’anime à partir de sous-titres dans la langue de Shakespeare sortait les épisodes très lentement, ce dont on ne les blâmera pas vu la qualité de leur sub. Deuxièmement, aucun membre de la team ne fait de sub quand il n’est pas motivé, pour ma part, je taff sur Shigurui pour me détendre, je le fais par plaisir, et malheureusement, tout plaisir n’est qu’éphémère. Si on ajoute à cela qu’on essaie de nous appliquer sur chaque épisode, que d’autres projets sont en cours dans la team, c’est tout à fait normal qu’on prenne du temps. Apres, laissons les gens raler, perso, je ne leur dois rien, c’est aux personnes de ma team que je veux faire plaisir, plus quelques personnes que je croise sur notre channel, ou sur d’autres.

8) Quand comptez-vous terminer le fansub de la série ?
Quand on jugera que tous, et j’ai bien dit TOUS les épisodes serons parfaits. En gros, nous les reprenons tous un à un pour fournir une meilleure trad, une meilleure adaptation, un meilleur timing, et de meilleures encos (qui seront tirées des éditions DVD japonaises, qu’un bienfaiteur de la team va commander en import et nous prêter).

9) Parlons un peu de votre team, la Saru. Quand a-t-elle été créée ? Avez-vous d’autres projets en cours ? Ou de futurs projets ? Quelles sont vos ambitions et vos aspirations en tant que team de fansub ?
On a feté notre premier anniversaire en avril. Il suffit de regarder le site pour les projets… Seul un projet un peu plus underground n’est pas annoncé, et qui sera entamé une fois que Shigurui sera terminé. Nos ambitions ? Perso aucune, je me plais dans cette team, on délire bien ensemble, on fait un travail artisanal (en gros c’est le bordel en coulisse), bref… continuer de délirer ensemble semble être une bonne ambition je trouve.

10) On sait que le terme « Saru » en japonais veut dire « singe », pourquoi avez-vous choisi ce nom pour votre team ?
Le fondateur de la team est fan de Tokyo tribe 2, je vous laisse deviner la suite… (ndlr : Saru est le nom d’un gang dans la série Tokyo Tribe 2).

11) Votre site est magnifique, comment considérez-vous cet outil de travail ?
Un moyen de trouver des trucs à redire sur le boulot de Kougar.

12) Plus personnellement, quel regard portez-vous sur le travail actuel des teams de fansub françaises ?
Des bonnes teams, des mauvaises, des préssées, des plus lentes, des hautaines, des sympathiques, des gens qui se revelent être de bonnes surprises, de gros connards, des team que j’admire vraiment, d’autres que je supporte pas… Il y’a de tout, et c’est pas si mal comme ça, on se ferait bien chier autrement.

Pour finir, je tiens à vous remercier pour votre travail, d’une qualité et d’une justesse extraordinaire, un fansub d’une efficacité rare que je tiens à souligner, vous atteignez facilement avec Shigurui le « must » des productions actuelles.
Je recherche une femme de 22 sur Nice, je suis beau, grand, musclé, bronzé, et je sais faire des crêpes. (ndlr : la rédaction d’E.K.R.A.N. ne fera pas passer les réponses à cette petite annonce, rendez-vous directement sur le site de la team si vous êtes une jeune femme désirant contacter Mens).
Très grosse dédicasse à Vicklaterreur de chez la Hoshizora-fansub.


Remercions encore la team Saru pour son travail.
►Liste des participants au fansub de Shigurui :
-Traduction : Mens
-Timing : Mens
-Adapt : Mens (un peu Winnou et Kougar)
-Edit/Typeset : Kougar
-Check : Kougar, Winnou, Hazel
-Quality check : Kougar, Winnou, Fidelio45, Mens (et Karl pour les reéditions)

Site : http://www.saru-fansub.com/

Propos recueillis par Kurono-kun pour E.K.R.A.N., merci à toute la team Saru pour son aimable participation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation