REC est une petite série sortie en 2006 qui impose dès l'entrée en matière son style assez particulier, plein de franchise et de personnalité. On ne sait pas si c'est dû à sa courte durée (9 épisodes de 12 min) ou a son esprit cynique et subversif à souhait mais REC va droit au but et le résultat est tout simplement rafraîchissant…


 

  • Genre : Comédie romantique / Vie quotidienne
  • Réalisateur : Nakamura, Ryutaro
  • Studio : SHAFT, TBS
  • Année de production : 2006
  • Licence : Non
  • Durée : 9 x 12 mins

 REC est une petite série sortie en 2006 qui impose dès l'entrée en matière son style assez particulier, plein de franchise et de personnalité.

Un jeune homme nerveux attend devant un cinéma, mais celle qu'il éspère ne semble pas venir. Alors qu'il s'apprête à jeter les tickets, il entend une petite voix qui lui dit d'arrêter. Elle provient d'une étrange jeune fille qui semble sortir de nulle part et qui l'entraîne voir le film avec elle pour ne pas gâcher l'occasion. Pendant tout le film, la jeune fille semble vivre les scènes et répète les doublages avec application. En sortant du cinéma, ils vont dîner et le jeune homme apprend qu'elle est apprentie actrice vocale et qu'elle rêve de doubler les plus grandes actrices. Il ne sait pas encore que sa recontre avec cette insouciante demoiselle risque de changer sa vie…

On ne sait pas si c'est dû à sa courte durée (9 épisodes de 12 min) ou a son esprit cynique et subversif à souhait mais REC va droit au but et le résultat est tout simplement rafraîchissant.
La série tourne essentiellement autour de la vie quotidienne d'Aka et Matsumaru et met en scène leur étrange relation de manière savoureuse, même si l'ensemble reste toujours bien ancré à la réalité et à la pression mise sur les jeunes adultes par la société japonaise. Cette vision du monde du travail est d'ailleurs souvent efficacement balancée entre caricature libératrice d'un côté et conscience des réalités et hymne à la persévérance de l'autre.

Les caractères et les réactions des personnages sont trés "vrais" sans pour autant cesser d'être drôles, et le "character design" participe à cet équilibre inspiré et original avec son cocktail de  sentiments hésitants entre austérité et vitalité, entre l'ombre et la lumière symbolisés par ses protagonistes mis à nu par un script engagé et frondeur qui ne s'embarasse pas de vaines conjectures pour mieux nous confronter à notre propre intimité, ce qui a pour effet de nous pousser à nous identifier facilement tour à tour à nos deux héros.

On a parfois l'impression qu'il ne se passe pas grand chose, mais l'aspect "rentre-dedans" de REC et la profonde empathie qui s'installe entre le duo Matsumaru / Aka et le spectateur en font un anime accrocheur qu'on ne peut s'empêcher de dévorer épisode après épisode comme si notre main fouillait dans un sac rempli de petites friandises au goût toujours plus doux et surprenant.

Bonus song : Cheer ! Makkana Kimochi (Sakai Kanako)

REC s'attaque donc au monde de la publicité et du doublage avec passion et sincérité, et cette mise en abyme hante efficacement l'atmosphère de la série sans pour autant s'accaparer son fil conducteur (d'un autre point de vue, on peut aussi juger qu'elle est sous-traitée). Mais le court format de la série (bien trop court, dommage ! même si le récit est dense et amusant, on aurait aimé en avoir un peu plus !!) ne lui permet pas de développer son potentiel au maximum (les personnages secondaires sont un peu plats), même si on ne sent pas vraiment une impression d'inachevé car REC réalise vraiment bien ce qu'on attend de lui : nous raconter une jolie petite histoire et nous redonner un peu de confiance et d'espoir en la vie.

Notation : 8/10
> Délicieux-ki ! ("Umai-ki !")

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation