Avec le premier OAV de One Piece : Vaincre le pirate Ganzak, découvrez la génèse d’une série déjà culte !! rejoignez vos pirates préférés dans leur toute première aventure animée au cours de laquelle il devront affronter de nombreux dangers…

Pirate et boule de gomme

  • Genre : Action / aventure, comédie
  • Réalisateur : Taniguchi, Goro
  • Manga original : Eiichiro Oda
  • Studio : Production I.G.
  • Année de production : 1998
  • Licence : Non
  • Nombre d’épisodes : 1 x 29 mins

Avec le premier OAV de One Piece : Vaincre le pirate Ganzak, découvrez la génèse d’une série déjà culte !!
A l’origine il y avait le manga One Piece de Eiichiro Oda, et tout le succès qu’il a rencontré au Pays du Soleil Levant. Puis en juillet 1998 vint l’idée de son éditeur papier Shueisha de s’associer avec le célèbre studio Production I.G. (spécialisé dans l’animation et la production de séries diverses et variées telles que Eyeshield 21, Blood +, Flcl, Golden Boy, GITS S.A.C, Neon Genesis Evangelion, etc…) pour produire cet épisode pilote de 29 minutes destiné au festival Jump Super Anime Tour 1998, et lancer la machine qui marque aujourd’hui de son empreinte de tong (celles de Luffy) indélébile le monde de l’animation japonaise.
Larguez les amarres et rejoignez vos pirates préférés dans leur toute première aventure animée au cours de laquelle il devront affronter de nombreux dangers ainsi que le très dangeureux pirate Ganzak !!

¤¤¤ Synopsis :

L’histoire se déroule dans les environs des premiers tomes du manga, après que Luffy, accompagné de Zoro, ait rencontré Nami la voleuse et qu’ils soient partis en direction de son île natale.
Alors que nos trois héros sont égarés sur un rafiot en pleine mer, affamés et fatigués, un monstre marin géant surgit et retourne leur frêle esquif. Nami est emportée dans la gueule du monstre tandis que Luffy et Zoro s’échouent, inconscients, sur une petite île inconnue. Ils vont y rencontrer Medaka, une petite fille très vaillante qui cherche à délivrer son père capturé par l’horrible pirate Ganzak. Ils vont partir tous ensemble à l’assaut de la tour du démon pour sauver Nami et sauver les habitants de l’île, une île étrange qui leur réserve bien des surprises !

¤¤¤ Critique de la rédaction :

Les habitués de la série seront peut-être déroutés au premier abord par les graphismes de l’OAV. En effet celui-ci affiche un aspect plus désuet, pétri d’imperfections. Le character design est agréable et mignon, notamment les visages qui sont pour leur part plus ronds et dans l’ensemble plus enfantins (par exemple la tête de Nami qui a toujours l’air plus grosse que son corps), les dessins sont moins précis au niveau des décors et des arrière-plans, on sent bien que cet épisode n’est qu’un essai, un brouillon / OAV promotionnel joyeusement mis en scène pour réussir à animer tout l’esprit délirant de l’oeuvre One Piece, un parti pris compréhensible tant on apprécie nous les fans toute la démesure des aventures de Luffy.
Quoi qu’il en soit, ces mêmes fans ne se sentiront pas perdus, on retrouve bien là les bases de la très longue série qui suivra : les trois protagonistes du début du manga sont facilement reconnaissables, les couleurs sont les mêmes, seuls les « seiyuu » sont différents, mais ce n’est pas un problème, l’esprit loufoque et désopilant de la série et du manga se retrouvent allègrement à chaque instant dans cet OAV qui vogue à toute allure sur les mers périlleuses infestées de léviathans improbables et de pirates mystérieux et surprenants.
Dès lors, du fait du petit côté foncièrement vieillot de l’anime consécutif aux imprécisions notoires (les personnages mais aussi les objets sont parfois mal définis ou intégrés au décor, cependant rien ne nous paraît jamais laid ou gênant) ainsi qu’aux couleurs et formes assez puériles de l’image, on peut considérer naturellement que cet OAV est destiné à un public plutôt jeune (ou jeune d’esprit, car c’est bien tout ce qu’on aime chez One Piece, pouvoir s’amuser comme un enfant sans se sentir coupable de suivre un manga/anime enfantin).
Grâce à cela, le staff technique peut tout se permettre au niveau scénaristique ou dans la mise en scène, et même dans l’animation, qui dans leur simplicité se déchaînent, rythmés par une musique jazzy et entraînante calibrée idéalement sur l’action et les émotions toujours aussi touchantes dans One Piece.

Vaincre le pirate Ganzak véhicule effectivment toutes les valeurs et les thèmes chers à la mythologie One Piece. Outre l’irruption du fantastique qui vient nous ravir à tout moment avec des héros aux pouvoirs surpuissants et aux caractères lunatiques, des vilains gigantesques aux attributs monstrueux attachés à l’univers marin et à la culture des pirates (bien avant Pirates des Caraïbes et ses créatures à la Davy Jones), on retrouve avec grand plaisir la recette qui fait le succès de la saga One Piece : l’humour ridicule mais burlesque et communicatif de Luffy, anti-héros qui ne vit que pour foncer tête baissée dans l’aventure et sauver ses amis (et pour manger), la solidarité face à l’oppression et la loi du plus offrant, bref tout cet univers de piraterie qu’on adore, avec son lot d’émotions, de rires et de drames qui ne vous laissera pas de marbre.

Le scénario, bien que simple et rempli de ficelles grosses comme des cordages, nourrit tout de même une intrigue surprenante et prenante, avec des rebondissements qui s’enchaînent à un rythme hallucinant, presque trop pour un petit OAV, et pourtant il ne s’y passe pas tant de choses que cela.
On a donc en fin de compte un OAV imparfait mais attrayant qui pose les jalons d’une saga culte, son esprit fonceur et fédérateur, une demi-heure pleine de gags, de vitalité et d’émerveillement coloré et divinement enfantin qui plaira sans aucun doute à tout le monde, malgré ses petits défauts visuels et son déroulement un peu trop condensé, rapide et presqe trop facile. Malgré tout, Vaincre le pirate Ganzak n’est pas un coup d’essai dans l’eau, mais bien le lancement d’une grande saga de piraterie animée, l’exemple même d’une conversion réussie d’un manga génial en anime excellent (ce qui n’est pas toujours le cas, loin de là), la convergence des réussites pour One Piece, le meilleur shonen d’aventures de ces dernières années.

Notation : 6.5/10
> Du fun pur, les premiers pas d’un mythe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation