Après d’assez bon bonus pour les films One Piece, les producteurs en lancent une nouvelle flopée, accollée à la série, complètement délirante et parodique. Voici le Petit Théâtre du Chapeau de Paille, une série de 5 mini-épisodes dont la qualité première est justement l’inventivité, la démesure dans l’humour…

Trois coups de bâton bien placés

  • Genre : Aventure / Comédie / Action
  • Réalisateur : Kônosuke, Uda ; Munehisa, Sakai
  • Manga original : Oda, Eiichiro
  • Studio : Toei Animation, TAP
  • Année de production : 2006
  • Licence : Non
  • Nombre d’épisodes : 5 x 3 mins

La saga One Piece se décline encore et encore sous des formes diverses et variées. Après le manga imaginé par Eiichiro Oda, son adaptation animée en série fleuve puis les films, les épisodes spéciaux et les bonus, voici le Petit Théatre du Chapeau de Paille (nom inspiré de Luffy le pirate au chapeau de paille), une série de 5 mini-épisodes diffusés avec les épisodes 279 à 283 de la série TV. Celle-ci représente le summum de l’originalité au niveau des dérivés animés que pouvaient produire les cerveaux particulièrement créatifs (certains pourraient même être qualifiés de dérangés, voire même d’aliénés) à l’origine de l’esprit One Piece, dont la qualité première est justement l’inventivité, la démesure dans l’humour et l’exploitation des innombrables possibilités de cet univers de pirates fantastique et déjanté.

Et si One Piece faisait son propre petit théâtre ? Imaginez vos héros préférés Luffy, Zoro, Nami, Sanji, Chopper, Robin et Usopp ainsi que certains peronnages secondaires de la série se commettre dans ces mini-épisodes totalement déjantés ! Découvrez-les tour à tour en monstres, mafiosi, mégères insupportables, stars, super héros… Le petit théatre du chapeau de paille vous réserve bien des surprises !

¤¤¤ Critique de la rédaction :

Les graphismes sont à la hauteur du sujet qui, convenons-en, est loufoque à souhait. On retrouve donc, à partir des graphismes de la série qui sont toujours de bonne qualité dans le dessin et l’animation, une originalité pleine d’humour dans la caractérisation des personnages et des décors. Evidemment on a le droit a beaucoup de couleurs, des déguisements et des designs et dessins (notamment les décors et les costumes) assez enfantins, dont quelques-uns déjà entraperçus dans la série. Tout y est comique à souhait et pétri d’originalité, car on nous sert des mini-personnages, des têtes trop grandes pour les corps qui les soutiennent, des expressions affligeantes de ridicule et des corps difformes, mais le tout reste éminemment joliet et kawaïï, très original et comique.
Vu la courte durée de ces minuscules épisodes, peu de musique au rendez-vous, en-dehors de quelques mélodies de fond et de jingles amusants, et de quelques morceaux de la série.
Vous en apprendrez plus que vous ne le croyez, ou moins que vous ne l’auriez espéré, sur la mentalité des personnages de One Piece, sur leurs facultés spirituelles et leur vraie personnalité, leurs identités secrètes ou leur imbécilité tout simplement.


Bande de petits monstres

Chacune des historiettes que contient le Petit Théatre du Chapeau de Paille s’attaque à un thème particulier qui n’a que très peu de relation avec la série d’origine, voire aucune. Le premier met en scène le petit renne mignon a croquer baptisé Chopper dans le rôle de Chopperman, le héros de la justice qui combat le vilain docteur Usodabada interprété par Usopp ! Son arme ? Je vous laisse la surprise de le découvrir par vous-mêmes, cependant je peux déjà vous révéler que la suite est affligeante et hilarante à la fois, avec en prime notre Luffy adoré grimé en robot géant, et tout le reste de l’équipage en monstres de pacotille… Ce premier opus est principalement mis en scène à la manière d’un petit trailer qui nous présenterait tous les personnages d’un film de super-héros « old style » avec leurs capacités / pouvoirs ridicules et leur costumes encore plus ridicules.
Passons au deuxième mini-épisode, qui est celui qui se rapproche le plus de la série, car il concerne les habitudes alimentaires de l’équipage du Vogue Merry avant que Sanji le cuisinier vienne y ajouter son grain de sel (en réalité de commencer à faire de vrais repas, ce qui n’était pas le cas auparavant). Il est réalisé à la manière d’une interview perpétrée (c’est le cas de le dire) par Tsubaki le reporter yakusa, qui a pour particularité d’être vraiment laid… Vous apprendrez que oui, des champignons peuvent pousser dans un bateau, et que oui les monstres marins se mangent.
La troisième histoire met en exergue nos héros dans le rôle d' »obahan« , ce qui en japonais désigne une mégère d’âge moyen. Dans cet épisode qui file à toute allure, les personnages campés sont proprement insupportables, toutefois le résultat reste toujours aussi sympathique.
Dans la quatrième partie, la virilité de nos héros masculins s’exprime au plus haut point au travers de cette sombre histoire de mafieux qui s’affrontent pour décider qui aura le contrôle de l’île. Vous apprendrez des informations primordiales sur les coiffures réglementaires des mafiosi ainsi que sur leur durée de vie très limitée… Vient enfin le cinquième et dernier acte, totalement déjanté et surprenant, qui plonge nos héros dans la monstruosité physique. Un kappa, un minotaure, une sirène, une méduse, une pieuvre, un centaure et un dragon, je vous laisse le soin de deviner qui sera qui, en tout cas ce qui est certain c’est que le twist de cet épisode affligeant ne manquera sûrement pas de vous faire rire.

Au final cette mini-série pleine de surprises et d’explosivité risque dangereusement de vous faire tomber dans la folie furieuse, pourtant elle vous amusera à coup sûr, car le ridicule ne tue pas les pirates, et le Petit Théatre du Chapeau de Paille, qui n’est pas le successeur du Muppet Show, s’avère très fun et les aficionados de la série prendront un plaisir coupable à voir leur héros bien-aimés mettre à mal une réputation qu’ils ont remisé au garage depuis longtemps… Bon en réalité ils sont peut-être juste dans leur état normal… A vous de voir, le mot de la fin est que ce petit intermède dérangé ne pourra faire de mal à personne !

Notation : 7.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation