Série au potentiel scénaristique et à l'originalité graphique indéniables, Noein s'inscrit dans une logique complexe aux accents de SF pure, où toutes les théories métaphysiques sont possibles, où les humains ne sont peut-être plus les seules entités vivantes et où nos conceptions de l'espace-temps se révèlent erronées et bouleversées…


 

  • Genre : SF / Fantastique / Action / Réflexion / Drame
  • Auteur : Akane Kazuki + Okubo Hiroshi
  • Studio : Satelight / View works
  • Année de production : 2006
  • Licence : Non
  • Nombre d'épisodes : 24 x 25 mins

 L'incipit de Noein est tout simplement impressionnant. Un vrai déluge d'action servi par des graphismes époustouflants nous emporte immédiatement dans l'univers unique de la série. On nous annonce la couleur dès les premiers instants : c'est novateur… mais Noein a-t'il le potentiel pour être une vraie révélation ??

¤¤¤ Synopsis :
Dans un présent indéterminé, les vacances d'été vont commencer pour la jeune Haruka. Elle décide alors de faire une chasse aux fantômes avec ses amis (rite trés courant au Japon pour tester son courage). Seul Yuu, un garçon timide a l'air nostalgique, ne veut pas les accompagner car il doit prendre des cours du soirs pendant l'été. Haruka le rejoint à la sortie des cours, mais tout à coup le temps semble s'arrêter et un étrange personnage tente de s'en prendre à la jeune fille avant de disparaître. Le lendemain, les assaillants reviennent en nombre pour chercher un étrange artefact, la Torque du Dragon. Les deux enfants sont alors entraînés malgré eux dans une guerre inter-dimensionnelle dont l'enjeu est la survie !

Bonus song : OP – Idea [eufonius]

¤¤¤ Critique de la rédaction :
Noein s'inscrit dans une logique complexe aux accents de SF pure, où toutes les théories métaphysiques sont possibles, où les humains ne sont peut-être plus les seules entités vivantes et où nos conceptions de l'espace-temps se révèlent erronées et bouleversées (suivez avec attention car les explications sont longues et compliquées à digérer et vous risqueriez de vous perdre rapidement en chemin) .
Son originalité graphique évidente, mélange d'arrière-plans classiques aux tons brumeux, d'animation virevoltante et de 3D subtile et classieuse, lui permet une lliberté d'expression et d'interprétation trés appréciable.
A partir de ces bases solides est créé un univers onirique, futuriste et fantastique qui happe le spectateur en son sein et ne relâche pas son étreinte tant que celui-ci n'est pas complètement épanoui, les yeux ronds et la bouche ouverte en signe de communion.

Noein met en avant un "character design" trés original, voire étrange, qui diffère entre chaque personnage et parfois même entre chaque scène au niveau de la qualité du coup de crayon ou de la précision des traits du visage (par exemple, les figurants sont trop souvent cruellement négligés). Cette particularité n'a pourtant rien de vraiment désagréable et on s'y habitue trés vite, mais ne plaira peut-être pas à tout le monde.
Sur un plan moins graphique, on remarque une trés bonne caractérisation des personnages avec tous leurs défauts, leurs doutes et leurs espoirs. Un trés bon point à mettre en exergue, car ce n'est pas toujours le cas dans les séries du même genre.
La musique, elle, est sans aucun doute réellement réussie, avec une bande-son symphonique aux accents grandioses et inquiétants qui accompagnent de leur souffle épique les envolées lyriques de combats dantesques.

Cette série se hisse facilement au-dessus du lot grâce à son animation fluide, ses décors superbes et son exceptionnelle sensibilité. Toute la série est en effet conçue comme un exercice de style, un spectacle perpétuel de mouvements et de couleurs tantôt harmonieuses et tantôt discordantes, qui nous transporte dans un monde à part, un "ailleurs" qui nous emplit de toute sa poésie fantasmagorique.
Et là on peut se dire : enfin ! enfin du bon SF d'anticipation qui va jusqu'au bout de son postulat sans négliger les petits tracas du quotidien.
On peut trés bien suivre l'histoire sans se prendre la tête sur les notions de physique quantique (mais ceux qui aiment la vraie SF riche d'enseignements et d'élucubrations scientifiques y trouveront eux aussi leur compte)

 Les premiers épisodes sont trés énigmatiques et laissent le spectateur dans la confusion la plus totale tout en aiguisant sa curiosité. Puis l'aventure nous entraîne dans sa spirale de rebondissements, de morceaux de bravoure et de trahisons diverses.
La dernière partie reste néanmoins assez obscure au niveau technique par rapport au potentiel que le scénario initial nous faisait miroiter, trop insaisissable pour vraiment atteindre un stade plus spirituel. Mais c'est aussi cet esprit "libéré" et "indéfinissable" qui permet à Noein de nous prendr

e au dépourvu et qui lui donne ce charme si particulier.

Un chef-d'oeuvre épique et artistique, l'histoire d'un amitié indéfectible qui déplace des univers, une épopée spatio-temporelle de la dimension lyrique d'un Stargate (je parle du film bien sûr). Seules quelques lenteurs récurrentes sont à déplorer vers le milieu de la série et font retomber l'attention. Mais après tout elles permettent aussi de prendre du recul pour réfléchir aux implications de certaines théories révélatrices des dangers inhérents à la dérive du progrès scientifique.
Puissant. proche de la perfection, un tantinet inaccessible mais définitivement génial.

Bonus song :
Yoake no Ashioto


Notation : 8.5/10
> Des graphismes d'une fluidité enivrante, un doublage très crédible, cependant la musique bien que grandiose manque un peu de maîtrise et le scénario ne sait pas toujours simplifier ce qui pourrait l'être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation