Voici une petite série bien sympathique qui ne va pas bouleverser votre vision de l’univers mais qui a l’avantage de tirer parti efficacement de son court format en nous livrant un récit assez restreint autant dans le temps que dans l’espace et centré sur quelques protagonistes bien exploités. L’histoire commence quand Kojima Yajirou, épéiste taciturne adepte des combats de mélée réglés par les codes ancestraux du bushido, rencontre Tendo Rushuna, une magnifique guerrière à la gachette rapide et à la poitrine débordante, aussi naïve et affolante que généreuse, qui va lui sauver la vie.



Genre : Fantastique / Action / Comédie / Ecchi

 Voici une petite série bien sympathique qui ne va pas bouleverser votre vision de l’univers mais qui a l’avantage de tirer parti efficacement de son court format en nous livrant un récit assez restreint autant dans le temps que dans l’espace et centré sur quelques protagonistes bien exploités.

Le pitch consiste en l’élaboration d’une alchimie par la rencontre de deux personnages, deux mondes, deux époques au travers d’un symbolisme quasi-simpliste : le passage du féodalisme à la modernité avec ses bouleversements culturels et civilisationnels. Ces deux personnalités trés atypiques sont Kojima Yajirou, épéiste taciturne adepte des combats de mélée réglés par les codes ancestraux du bushido, et Tendo Rushuna, une magnifique guerrière à la gachette rapide et à la poitrine débordante, aussi naïve et affolante que généreuse.

Deux styles trés différents donc, qui vont se trouver par hasard mélés au même combat, car leurs motivations, elles, se ressemblent : se débarasser des méchants qui terrorisent le royaume pour d’obscures raisons. Mais ce que Yajirou ne sait pas, c’est que Rushuna cache bien des secrets, notamment qu’elle n’est pas qu’une simple bimbo insouciante mais qu’elle est aussi recherchée par les autorités…

Bonus song : OP – Kohaku (Shimokawa Mikuni)

La série forme un ensemble compact et cohérent, rapidement mis en place et donc facilement intégré par le spectateur comme une réalité en elle-même, sans nulles besoin de précisions circonstancielles géographiques ou temporelles superflues. L’histoire est simple mais bien menée, bien construite et bien répartie entre les épisodes qui sont tous intéressants à suivre. Le duo des protagonistes est trés attachant et attendrissant, les combats sont originaux et captivants et bien équilibrées avec les scènes intermédiaires, les seconds rôles tiennent bien leur place de soutien pour faire passer les émotions adéquates.

Grenadier est donc plus qu’une série de « fan service » faite pour mettre en valeur son héroïne à la poitrine plus que généreuse mais reste du moins d’un niveau scénaristique un peu superficiel. Sa grande originalité réside dans le pari très risqué d’utiliser l’action pour faire passer un message de paix, et l’effort fourni vaut largement le détour. Un anime sans prétentions donc, amusant et drôle mais qui sait aussi se montrer sérieux quand il le faut pour coller à son sujet, et qui se dégage du quota des séries « ecchi » un peu caduques pour se révéler trés sympathique et suffisant pour passer une trés bonne soirée.

12 épisodes, série non licenciée (pour l’instant)

Notation : 8/10

► Mention spéciale pour l’opening, Kohaku, génial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation