Aujourd’hui je vais vous parler de GANTZ , un anime adapté du manga éponyme de Hiroya Oku.
Keï Kurono
et Kato Masaru, deux anciens camarades de lycée, sauvent la vie d’un clochard ivre mort, tombé sur une ligne de métro. Ce geste héroïque aura malheureusement une conséquence désastreuse : la mort des deux jeunes garçons, fauchés par le train. Décédés, Keï et Kato se « réveillent » dans une pièce, en compagnie d’autre individus, morts eux aussi. Au centre de la pièce, une sphère noire appelée Gantz. Une mission : tuer une multitude de créatures.
Seuls ceux qui survivent à la traque pourront prétendre revenir…à la vie…


  • Genre : Fantastique / SF / Horreur / Action / Réflexion / Drame
  • Réalisateur : Ichiro Itano
  • Studio : Gonzo
  • Année de production : 2004
  • Licence : Asian Star
  • Nombre d’épisodes : 26 x 24 mins


 Aujourd’hui je vais vous parler de GANTZ , un anime adapté du manga éponyme de Hiroya Oku , deja 17 bouquins parus et la série est en cours.

Mais je vais plutôt vous parler de l’anime, qui regroupe les douze premiers volumes en 2 saisons de 13 episodes chacunes (First Stage et Second Stage).

Cet oeuvre totalement ancrée dans la modernité de la société japonaise contemporaine et profite d’un support original pour traiter des sujets aussi divers et symptomatiques de la déchéance de la jeunesse japonaise que sont les suicides quotidiens des étudiants, la violence et le racket a l’école, le viol et le sexe, l’omnipresence envahissante des mangas et de leur univers onirique et cauchemardesque dans la culture et les mentalités des jeunes japonais.

En effet ce manga/anime utilise la SF pour traiter du sujet délicat de l’abandon de toute morale et la violence du quotidien pour les jeunes autant que pour les adultes, les conséquences d’une société atrophiée et stressée qui ne sait plus comment s’en sortir… (un thème traité aussi par Paranoïa Agent qui lui prend une voie plus réaliste / critique sur le sujet a venir).

Le postulat de départ de Gantz est aussi original que déroutant : deux jeunes ados Kurono Keï et Masaru Kato voient un clochard tomber sur la voie du métro mais personne ne l’aide à remonter… ils se dévouent et sautent sur la voie et le sauvent, mais la rame entre en gare à ce moment et les deux ados sont écrasés… L’histoire prend son envol à partir de là, et ça fait trés mal : ils se retrouvent téléportés dans un appartement vide exception d’une grosse boule sombre et lisse, totalement inerte. Ils ne tardent pas à etre rejoints par d’autres personnes et se rendent compte qu’ils sont tous morts eux aussi dans la même journée…

C’est à ce moment que la boule s’éveille et émet une vieille chanson populaire de radio, puis leur dévoile l’image et les caractéristiques d’un étrange « homme-poireau », soi-disant martien qu’ils doivent dessouder dans un temps précis… de plus la boule leur offre des armes et des combinaisons dont les pouvoirs (extraordinaires) leur sont inconnus…

Même si le principe de l’assassinat de martiens sur terre reste trés déroutant voire dérangeant au premier abord, il ne faut pas hésiter à dépasser ce premier écueil pour se voir propulsés dans un monde SF/cyber-punk propice à toutes les grandes réflexions métaphyiques…
En effet le groupe se voit téléporté dans la ville qu’ils viennent de quitter et pourtant personne ne semble les remarquer… ce qui semble normal puisqu’ils sont morts… mais étrangement les impacts causés à l’environnement physique sont eux visibles par les humains (par exemple une maison détruite le sera en vrai )

Le plus étonnant reste encore à venir, car après chaque mission réussie et si les candidats sont encore « en vie » (eh oui ils peuvent mourir pendant le jeu ) ils peuvent revenir dans la réalité et continuer une vie normale, avec plusieurs conditions : ne jamais parler de Gantz, et bien se voir retéléporté a chaque nouvelle mission dans l’appartement de Gantz L’histoire est lancée et le principe de victoire qui est d’amasser 100 points en réussissant les missions reste totalement obscur aux yeux des « candidats involontaires »… Comment se fait le comptage des points ? Qu’arrive-t’il quand on atteint les 100 points ?

Bonus song : ED – Last Kiss (Bonnie Pink)

Ce manga/anime trés particulier nous permet de réflechir sur des thèmes mystérieux et inaccessbiles comme ce qu’il ya aprés la mort, comment se comporter quand on se voit donnée une deuxieme chance dans la vie, l’amour, l’amitié, les névroses qui secouent toues les personnages, la compétition bien sûr entre les « survivants » et le désir de survivre à tout prix ou de protéger des êtres chers…

Donc bien que difficile d’un premier abord (ne pas s’arreter au premier épisode qui n’est pas extraordinaire ni trés bien fait mais la suite en est d’autant plus passionante !! ) ,avec un style trés moderne de dessin qui pourra rebuter certains mais qui au fil des épisodes dévoile certaines scènes visuelles époustouflantes, cet anime reste à découvrir pour son monde totalement violent et cauchemardesque et pour toutes les questions qu’il pose (sinon pour les geeks et les otaku , cet anime/manga est fait pour eux et en plus il y a du ecchi, pour être moderne et provocateur jusqu’au bout )

Par contre ce qui est dommage c’est que l’anime s’arrete avant le manga et que l’auteur a du confier une fin alternative au scénariste de la série animée mais le manga lui continue avec un certain succès donc ne desespérons pas de voir arriver une vraie fin digne de ce nom qui promet de tout casser !!

Notation : 9/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation