Qui ne se souvient pas d’avoir vu ou lu Nicky Larson dans sa jeunesse ? mais pourquoi seulement dans notre jeunesse ? et oui il reste des fans inconditionnels de la série qui encore aujourd’hui ne reculent pas devant le plaisir intense de se mater un petit épisode de temps en temps. Nicky Larson, justicier au grand coeur et coureur de jupons invétéré, est à la tête d’une agence de détective et vit avec sa « secrétaire » et équipière Laura avec qui il entretient des rapports trés compliqués mais plutôt fraternels. Mais Nicky est un horrible pervers qui choisit les enquêtes à mener en fonction de la beauté des femmes qui font appel à lui…



Genre : Policier / Action / Comédie

 Qui ne se souvient pas d’avoir vu ou lu Nicky Larson dans sa jeunesse ? mais pourquoi seulement dans notre jeunesse ? et oui il reste des fans inconditionnels de la série qui encore aujourd’hui ne reculent pas devant le plaisir intense de se mater un petit épisode de temps en temps… Alors faites-le !! Ce n’est pas encore interdit dans les lieux publics (…) et cela vous aidera à vider votre cerveau du stress et de tous vos petits ennuis quotidiens.

« Nicky Larson ne craint personne… » la chanson mythique du générique français ne mentait pas, Nicky est bien l’un des héros ultimes devenus cultes parmi tous ceux du monde des mangas. Et pas n’importe lequel ! Il est beau, bien fringué, musclé et sait se battre et tirer (avec un revolver bien sûr) et le tout avec une classe inimitable.

Le pitch de la série est aussi simple qu’efficace : Nicky Larson, justicier au grand coeur et coureur de jupons invétéré, est à la tête d’une agence de détective et vit avec sa « secrétaire » et équipière Laura avec qui il entretient des rapports trés compliqués mais plutôt fraternels. Celle-ci étant en effet la petite soeur de Tony Marconi, le meilleur ami de Nicky qui lui a demandé de la protéger avant d’être assassinné mystérieusement au cours d’une enquête sur des yakusas. Une particularité essentielle du protagoniste impose son style si particulier à la série : Nicky est un horrible pervers qui choisit les enquêtes à mener en fonction de la beauté des femmes qui font appel à lui… Cependant il reste un héros et sait se transcender pour porter secours à la veuve ou l’orphelin en détresse.

Lorsque le danger montre le bout de son nez (ou le bout du canon de son flingue) Nicky Larson sait se tout de même se montrer sérieux et peut toujours compter sur l’aide de son meilleur ami Mammouth, un géant timide et attachant. Nicky n’a qu’un seul point faible : il perd trés vite son sang-froid quand il aperçoit une mini-jupe ou un décolleté attirant… mais heureusement Laura est là pour veiller jalousement à ce qu’il ne harcèle pas trop ses jolies clientes, n’hésitant pas à faire usage de sa masse de 100 tonnes pour lui fracasser le crâne afin de freiner ses ardeurs !!!

Il faut savoir que les deux protagonistes constituent en eux-mêmes l’essence du scénario de la série. Pas de fil conducteur ou presque en effet en dehors de leur relation virevoltante et violente et de quelques personnages secondaires qui réapparaissent, mais une recette qui fait mouche à chaque coup : de petites enquêtes concentrées sur un ou deux épisodes, bien mises en scène et assez courtes pour s’adapter parfaitement au format de la série.

Des petites intrigues toujours propices au comique aussi, entre gags visuels qui utilisent à merveille le comique de répétition et les piques absolument légendaires que notre cher Nicky adresse à ses ennemis avant de les vaincre.

Polar cultissime jamais manichéen, toujours drôlatique et pas sérieux pour un sou, sauf quand le passé assez trouble des protagonistes entre en jeu (et encore…), l’anime nous montre un héros comme en on fait malheureusement plus assez, le beau gosse sur qui nous spectateurs pouvons compter pour nous faire passer un bon moment devant chaque épisode. Et même si l’originalité n’est pas toujours de mise dans les scénarios (notons l’incroyable nombre de kidnappings dans la série, explicable car trés pratiqué dans la culture des « Yakusas » au Japon), on est certains de s’amuser tout au long de la série, le charme ravageur de Nicky couvrant tous les petits défauts.

Bonus song : OP – Down Town Game (OST City Hunter 91′)

Une ambiance kitsch inimitable qui sent bon les années 90, des filles superbes, des méchants trés méchants et stupides, une imagination sans bornes à la sauce Tsukasa Hojo (auteur aussi de la série culte Cat’s Eyes), telle est la recette appliquée dans cet anime et le mot « savoureux » prend finalement tout son sens quand on regarde Nicky Larson.

Regardez-les donc encore et encore car c’est génial et la série vieillit trés bien avec son humour universel et intemporel, et sa plus grande qualité est qu’elle saura vous attendrir et vous donner le sourire à chaque nouvel épisode. Tout simplement incomparable, c’est drôle et c’est tant mieux.

Nicky Larson, 140 épisodes, série licenciée. (cette fois-ci, la VF se montre étonemment bien adaptée et donc tout à fait acceptable).

Notation : 8.5/10
> Parfait pour meubler son ennui, à regarder en mangeant son petit déjeuner ou son goûter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation