Le second OAV de Bleach partage les mêmes caractéristiques que son prédecesseur : une qualité graphique un tantinet supérieure à celle de l'anime pour un épisode définitivement plus orienté action, comédie et frime…


 

  • Genre : Action / Heroic Fantasy / Comédie
  • Auteur : Tite Kubo
  • Studio : Studio Pierrot
  • Année de production : 2005
  • Licence : Non
  • Nombre d'épisodes : 1 x32 mins

bleach0001bis.JPGLe second OAV de Bleach semble au premier abord partager les mêmes caractéristiques que son prédecesseur car la même équipe a été reconduite : une qualité graphique un tantinet supérieure à celle de l'anime, une bande-son toujours aussi identique au point que cela en devient navrant… Mais à notre grand désarroi les bonnes résolutions d'approfondissement émotionnel et intellectuel adoptées dans Memories in the Rain sont passées à la trappe au profit d'un épisode définitivement plus orienté action, comédie et frime…

¤¤¤ Synopsis :

L'histoire, qui tient sur une toute petite feuille de ouate carrée au maximum, et encore en écrivant bien gros, est celle de Baishin, un Shinigami maléfique qui s'est échappé de sa prison magique et se met à tout casser autour de lui sans qu'on ne sache trop pourquoi (on se demande s'il le sait lui-même), pour ensuite chercher à dévaster le monde réel. Oh mon dieu ! Un vilain méchant sans scrupules ! Mais que faire ? Pour surtout éviter toute innovation qui forcerait le spectateur à réfléchir un peu trop, on réunit le groupe des "Shinigami Stars" qui ne sont là que pour rouler des mécaniques, et accessoirement pour aider notre Ichigo à stopper le fuyard. Un minimum d'originalité est quand même au rendez-vous : le zanpakuto de Baishin est capable d'absorber le reiatsu de ses adversaires.

Se succèdent alors les apparitions tumultueuses et en vrac de Renji et du (tout petit) capitaine Hitsugaya qui raviront les fans les moins demandeurs en termes de scénario et de crédibilité dans la trame de la narration, mais bon on va bien leur accorder à nos chers petits producteurs adorés qu'il n'y a aucun mal à apprécier la présence de nos personnages préférés. Malheubleach-231.jpgreusement ils vous prendront au dépourvu et au pied de la lettre en ajoutant encore des personnages de partout, créant un véritable petit défilé de bouilles vues et revues, aux réactions et aux expressions beaucoup trop souvent pathétiques pour qu'on puisse leur pardonner, même pour un OAV promotionnel du "Jump Festa Anime Tour 2005".
Car "The Sealed Sword Frenzy" a tous les défauts d'un OAV ordinaire de type "filler", c'est-à-dire une petite histoire parallèle à celle de la série, un récit unique qui dure seulement une demi-heure et sans grand interêt.
Le résultat est donc plutôt décousu et bancal scénaristiquement parlant, les dialogues sont très moyens et le design des personnages est un peu faible sur les plans de groupe ou éloignés, on retrouve donc le même contraste mais en plus atténué que dans le premier OAV : les visages sont toujours très détaillés et trés réussis et les corps parfois un peu négligés, mais la qualité graphique globale est encore meilleure, donc c'est une vraie réussite visuelle.

Toutefois cet OAV n'a pas que des inconvénients et des défauts, et n'est jamais désagréable à regarder, si on sait se montrer peu exigeant et profiter du spectacle. Il est sensiblement drôle, mettant en scène la vie quotidienne des protagonistes et jouant sur le décalage entre les comportements des Shinigamis et notre société moderne beaucoup plus civilisée que la leur (un aspect traité assez régulièrement dans la série et qui apporte une plaisante touche comique), un humour qui met volontiers l'accent sur les incongruités des tenues arborées et des métiers improvisés par des personnages sortis tout droit d'un livre d'heroic fantasy et qui se retrouvent propulsés bien malgré eux dans un monde où ils doivent servir des hamburgers dans un fast food…
cover-ova2-bp.jpg
Les combats sont assez limités, principalement prétextes à débiter du pauvre Hollow de toutes les façons possibles, heureusement que l'affrontement final ultra explosif vient sauver le coup. On en a enfin pour son argent avec une accumulation de bankai et autres pouvoirs monstrueux qui s'enchaînent dans un feu d'artifice de mini-morceaux de bravoure grisants (courts mais appétissants, un peu comme des apéricubes).

En gros, pour les connaisseurs, cet OAV fait assez penser à ceux de Dragon Ball, remplis d'action brutale mais invariablement décousus et ravagés par une caractérisation des personnages très pauvre. L'ensemble sonne faux, ce n'est qu'une succession de scènes sans lien visible mais pour peu qu'ils se soient attachés aux personnages, les fans seront satisfaits.
Petit bonus à ne pas manquer : des scènes loufoques telles que les inénarrables errances de la paire KenpachiYachiru et le top du top est reservé pour la fin avec le désopilant cosplay du générique de fin.

Notation : 5/10
> Vraiment le minimum syndical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation