Voici enfin l'arrivée en France de l'adaptation tant attendue du manga Bleach de Tite Kubo, et une série qui connaît un tel succès mérite bien qu'on se penche sur les origines et les raisons de celui-ci, à l'occasion de la sortie du premier volume en DVD par Kaze au mois d'août 2007. Kurosaki Ichigo est un lycéen tout à fait anodin (quoique un peu plus glandeur que la moyenne…) qui rentre chez lui, peut-être pas tout à fait anodin en réalité car, au-delà de son air arrogant et désabusé, Ichigo a une particularité rare parmi les êtres humains : il peut voir les fantômes et communiquer avec les esprits des défunts…



  • Genre : Heroic Fantasy / Comédie
  • Auteur : Tite Kubo
  • Studio : Pierrot
  • Année de production : 2004 – 2005
  • Licence : Oui
  • Nombre d'épisodes : 62 x 24 mins


 Une série qui connaît un tel succès méritait bien qu'on se penche sur les origines de celui-ci, surtout depuis le mois de janvier 2007 et la sortie des "next-gen" avec l'épisode n°110.

Concentrons-nous donc ici sur l'incipit de Bleach et l'ensemble de sa "first-gen", c'est-à-dire l'exposition de son univers type heroic fantasy plein d'originalité et la présentation de son incroyable profusion de protagonistes, antagonistes et personnages secondaires caractérisés par leur diversité, qui apporte sans aucun doute une grande partie du charme de la série.

¤¤¤ Synopsis :

L'histoire commence comme d'habitude par la caractérisation du héros et la rencontre qui va faire basculer sa vie. Ce héros en devenir s'appelle Kurosaki Ichigo (Ichigo = fraise en japonais…), un lycéen tout à fait anodin (quoique un peu plus glandeur que la moyenne…) qui rentre chez lui, peut-être pas tout à fait anodin en réalité car, au-delà de son air arrogant et désabusé, Ichigo a une particularité rare parmi les êtres humains : il peut voir les fantômes et communiquer avec les esprits des défunts. Sa nature généreuse et altruiste le fait se sentir obligé bien malgré lui de défendre l'endroit où erre l'esprit d'une jeune fille contre une bande de voyous pour qu'elle puisse reposer en paix.

Mais son pouvoir est à double tranchant, car il a pour effet d'attirer les esprits qui peuvent le sentir, et si les jeunes filles et les animaux, les "Plus", ont tendance à l'exaspérer un petit peu par leur insistance, un danger bien plus grand ne tarde pas a être attiré par son aura : ces esprits maléfiques sont appelés "Hollow".

Le soir même, Ichigo voit débarquer dans sa chambre une frêle jeune fille en robe noire armée d'un sabre. Celle-ci dit s'appeler Rukia et interpelle le pauvre Ichigo abasourdi pour le prévenir qu'un "Hollow" a repéré sa force spirituelle et va venir s'attaquer à lui ! Celui-ci apparaît soudainement et se jette sur eux, et Rukia tente sans succès de le repousser. Elle trouve alors une solution qui pourrait représenter leur dernière chance et transmet ses pouvoirs à Ichigo pour qu'il puisse se défendre. A sa grande surprise, Ichigo s'approprie tous ses pouvoirs et semble disposer d'une force spirituelle hors du commun !! Il est provisoirement devenu un "Shinigami", un passeur qui guide les bonnes âmes vers la "Soul Society" et doit chasser les "Hollows", et sa vie ne sera plus jamais la même…

Bonus song : OP 1 – Asterisk (Orange Range)

¤¤¤ Critique de la rédaction :

[Attention "SPOILS" possibles (il vaudrait mieux avoir vu le début de la série avant de lire cette critique, même si les allusions restent assez vagues pour ne pas gâcher votre plaisir)]

Bleach applique une recette vue et revue mais toujours efficace dans le genre "heroic fantasy" : un être doté d'un talent particulier voit son monde bouleversé par un évènement inattendu et se retrouve catapulté dans une existence parallèle où apparemment il serait un héros…

Point de dérogation donc à ce principe dans Bleach, mais une touche de réalisme bienvenue car ce monde fantastique parallèle se trouve être complètement intégré au notre (enfin au Japon surtout…).

La série se permet donc d'installer son environnement dans le style "comédie lycéenne" et vie quotidienne couplés à une irruption du fantastique . A partir de là le terrain est propice à l'implémentation d'une aventure captivante et pleine de rebondissements, aux accents humoristiques omniprésents et personnifiés par des individus hauts-en-couleur voire insupportablement délirants, au cynisme assassin, aux émotions communicatives, tous ces éléments étants imbriqués avec une alchimie qui fonctionne étonnement bien car on y croit. L'ensemble est cohérent et le suspense constamment alimenté par l'apparition de nouveaux personnages, de rebondissements distill&eacute

;s au bon moment, de révélations surprenantes et de répliques hilarantes, pour donner un rythme assez soutenu et accrocheur.

 

En plus de s'imposer comme un anime moderne et "fashion" par son animation, son "character design" survolté et l'abondance de musiques entraînantes qui soulognent son esprit "djeun's" assumé (un incroyable éventail de d'openings et d'endings allant de la "J-Pop" au Hard Rock soft), Bleach peut aussi se targuer de quelques ambitions poétiques voire philosophiques sur des thèmes comme ce qu'il y a après la mort et l'attitude à adopter vis-à-vis des défunts, mais ce traitement reste assez léger.

Malgré quelques lenteurs imposées par l'ampleur du récit et le grand nombre d'épisodes (et oui il faut bien faire durer un peu les choses), les rares instants de patience sont souvent utiles que ce soit pour étoffer le récit, faire progresser la psychologie des personnages (bien que celle-ci stagne souvent en surface) ou nous faire passer les sentiments exprimés par les individus, même si on regrette que la série n'aille pas toujours au fond des choses.

Bleach se pose tout de même comme le gros succès actuel et parvient à se hisser à la hauteur des maîtres du genre "aventure/action à rallonge" de type Naruto et One Piece, tout en se montrant fière de son esprit un peu plus morbide; et la série continue, poussée toujours plus haut par la surpuissance des ses affrontements dantesques et l'énorme capital sympathie de son héros Ichigo.

Bonus song : OP 5 – Rolling Star (Yui)

[A suivre : article à paraître bientôt sur la suite : les épisodes "hors-série" et "next-gen" de la série Bleach]

Notation : 8/10
> Mention spéciale pour la diversité et la qualité des openings et endings.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation