Pour ceux qui aiment regarder autre chose que les blockbusters américains moyens, voici un petit film à découvrir, pour vous prouver que américain ça peut aussi être bien même sans un budget faramineux. Je vous présente Le Guetteur (The Lookout)…

Le tombeau des lucioles


♦ Genre : Drame / Réflexion / Emotion / Policier
Réalisateur : Scott Frank
Année de production : 2007
Durée : 1h 39mins
Classification : ?

Premier film du scénariste Scott Frank (Minority Report, Le Vol du Phoenix, Get Shorty), The Lookout ne manquera pas de vous séduire par sa simplicité et sa sensibilité. Ce polar à la fois dramatique et poignant n’a rien de réellement extraordinaire, néanmoins on ne peut qu’apprécier cette jolie petite histoire très bien racontée et portée à bout de bras par le jeune et très prometteur Joseph Gordon-Levitt, héros et également narrateur du métrage.

¤¤¤ Synopsis :

Chris Pratt est un des garçons les plus populaires de son lycée. Un garçon sérieux à qui tout réussit, qui vient d’une famille aisée et sort avec une très belle jeune fille. Mais un beau soir, alors qu’il conduit sa clinquante décapotable sur une route déserte, il est la victime d’un terrible accident. De plus, il n’était pas seul. Deux de ses meilleurs amis sont morts et sa petite amie est gravement blessée. Quand à lui, sa vie va être bouleversée à jamais. A cause de très graves blessures à la tête, il souffre désormais d’un handicap mental qui l’empêche de faire trop d’efforts de réflexion et donc d’avoir une vie normale. Il s’endort parfois sans raison et n’a que très peu de mémoire, alors il doit tout noter dans un petit carnet (il oublie aussi régulièrement ses clés de voiture sur le contact). Il est incapable d’effectuer plusieurs actions construites d’affilée, c’est pourquoi il n’est maintenant qu’un concierge de nuit dans une petite banque du coin. Mais Chris reste un garçon ambitieux, et quand il est approché par une bande qui prépare un braquage de ladite banque, il se laisse embarquer dans l’affaire…

¤¤¤ Critique de la rédaction :

Comme vous pouvez le constater en lisant le synopsis, The Lookout est un film qui se sigularise par son pitch audacieux : faire du héros un handicapé mental léger sur qui va reposer toute l’action ainsi que la narration du métrage. Un pari audacieux, et donc passionnant, car tout le mécanisme de la mise en scène et les rouages du scénario reposent sur les facultés du jeune Chris Pratt, diminuées par son acccident, dont il est directement responsable et coupable, et pourtant le spectateur s’attache énormèment au destin de ce jeune homme complètement perdu, doté d’une volonté farouche de s’en sortir malgré sa nouvelle condition.
La performance du jeune Joseph Gordon-Levitt (10 bonnes raisons de te larguer, Halloween 20 ans après, Brick) dans ce rôle est tout simplement parfaite, caractérisée par une retenue et une justesse qui nous invoquent à la fois de la pitié et de l’attendrissement (une star en devenir à n’en point douter). Son handicap n’est jamais décrit avec misérabilisme, la tristesse est rare dans les scènes, on ne la décèle que dans ses yeux qui reflètent ses espoirs déçus et les visions de l’accident qui le hantent sans fin. Sans quotidien est décrit avec un humour très plaisant, surtout grâce à la composition pas piquée des vers de Jeff Daniels (Imaginary Heroes, The Hours, Dumb & Dumber) qui interprète son boute-en-train de colocataire aveugle Lewis (leur rêve est d’ouvrir un restaurant ensemble), avec qui il forme un duo très sympathique.
Le reste du casting est tout aussi juste et crédible, nous faisant découvrir un très bon Matthew Goode dans le rôle de Gary Spargo le chef de bande, et on a même le plaisir de voir la jolie Carla Gugino (Sin City, Spy Kids, Snake Eyes) dans le rôle d’une psychiatre craquante, au début du film.

10 bonnes raisons de le regarder

Attention, The Lookout ne profite pas de la pitié que l’on ressent envers les personnes handicapées pour faire passer des émotions, et c’est justement là la qualité première du film, cet équilibre fragile entre compassion et dévotion pour cet anti-héros qu’est Chris Pratt, ce jeune homme fragile dont on ne peut que voir la vie se détruire peu à peu devant ses mauvais choix, qu’on ne peut pourtant condamner car on sait qu’il n’a pas toutes les cartes en main pour affronter ce qui l’attend dans la société. Tous les timides et les asociaux chroniques se retrouveront dans ce personnage volontaire mais freiné dans ses ambitions quand il s’agit de se confronter au monde du travail, de la recherche d’emploi ou d’argent, de la difficulté de trouver sa place dans la société quand on est « pas comme les autres ». Un jeune homme qui peine à se rendre compte que tout le monde est gentil avec lui, il pense qu’on le traite avec pitié à cause de son handicap et ne peut le supporter. Une vision pertinente qui ne laisse pas indifférent.
Il ne faut pas croire non plus que The Lookout est un film lent ou manquant de rythme à cause des capacités de son personnage, bien au contraire, l’action est au rendez-vous à une bonne dose et le rythme est maintenu grâce à la mise en scène très maîtrisée de Scott Frank, qui n’en fait jamais trop. En voyant l’humour de certains des personnages et la caractérisation amusante de cette petite banque perdue en pleine campagne un peu paumée des Etats-Unis, on pense même un peu au Fargo des frères Coen. The Lookout reste bien sûr loin de valoir la comparaison avec cet excellent métrage, mais n’en est pas moins un très bon petit film, et un premier essai réussi pour le réalisateur Scott Frank.

Un film très sobre, très juste, dont le ton grave est bien caractérisé par une discrète mais bonne musique d’ambiance (notamment quelques airs de piano très sombres qui rendent l’atmosphère bien pesante). Une oeuvre intelligente et émouvante portée par le talent de Joseph Gordon-Levitt, un jeune acteur encore méconnu sur la scène internationale mais qui ne le sera certainement plus très longtemps. Son jeu et son physique nous font d’ailleurs penser au regretté Heath Ledger, qu’il avait d’ailleurs croisé dans le film 10 bonnes raisons de te larguer en 1999. Espérons qu’il ait la même carrière, mais pas la même fin. En attendant, regardez The Lookout, je vous le conseille, vous ne serez pas déçus.

Notation : 7.5/10


► Beaucoup de talents réunis dans ce premier film réussi, poignant et captivant. Un bon petit polar sans prétention, qu’il ne tient qu’à vous de découvrir pour passer une agréable soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation