Si on aime le cinéma japonais c’est parce qu’il est toujours aussi innovant et décomplexé, et il nous le prouve encore une fois avec 2LDK, un huis clos subversif à fleur de peau réalisé par Yukihiko Tsutsumi et sorti en 2002.
Lana et Nozomi ont indubitablement beaucoup de points communs en apparence : elles sont toutes les deux actrices, jeunes, belles, talentueuses et postulent pour le premier rôle d’un film qui pourrait représenter un vrai démarrage pour leur carrière. Un problème : elles ne peuvent pas se voir en peinture…



♦ Genre : Thriller / Horreur / Drame

 Si on aime le cinéma japonais c’est parce qu’il est toujours aussi innovant et décomplexé, et il nous le prouve encore une fois avec 2LDK, un huis clos subversif à fleur de peau réalisé par Yukihiko Tutsumi et sorti en 2002.

Lana et Nozomi ont indubitablement beaucoup de points communs en apparence : elles sont toutes les deux actrices, jeunes, belles, talentueuses et postulent pour le premier rôle d’un film qui pourrait représenter un vrai démarrage pour leur carrière. La convergence de leur destin va occasionner pour elles une cohabitation trés particulière : en effet le producteur du film, souhaitant pouvoir contacter ses deux actrices les mieux placées pour l’obtention du rôle titre à tout moment, les a réunies dans le même appartement à Tokyo. Mais il est loin de se douter que cette légère erreur de jugement va prendre une envergure insoupçonnée…

Car au-delà des apparences, Lana et Nozomi se détestent cordialement. La première est obsédée par la mode, superficielle et psychologiquement fragile, alors que la seconde est maniaque, parano et complexée… Une colocation de cette nature s’impose irrémédiablement comme un bombe à retardement, et quand en plus un soir la rivalité amoureuse pour un homme vient s’immiscer dans cette pourdrière, les choses vont justement dégénérer…

2LDK est une oeuvre viscérale, accrocheuse, un huis clos totalement immersif qui nous plonge dans le quotidien de cette cohabitation explosive. L’efficacité première du film réside dans son traitement artistique original et intense : l’ensemble du récit prend place dans l’appartement et on sent l’implication ‘ »jusqu’au-boutiste » de la réalisatrice au travers de chaque plan, tellement ceux-ci sont magnifiquement travaillés et utilisés à bon escient pour personnifier chacune des deux filles et nous faire partager corps et âme, avec une sorte de voyeurisme délicieusement malsain, leur émotions et la haine irrépressible qu’elle se portent.

La prestation du duo d’actrices en elle-même est spectaculaire, confondante de vérité dans cette mise en abyme infernale de leur métier d’actrice avec ses rêves, ses espoirs et son impitoyable concurrence analysée ici sans concession.

On retrouve au travers de cette confrontation l’incarnation même de ce thème si cher à la culture japonaise et qui hante tous les artistes et leurs oeuvres, que ce soit au niveau cinématographique ou littéraire : la caractérisation de l’esprit de compétition japonais, si inavouablement destructeur pour ses jeunes en quête de libre-arbitre et responsable primordial de l’insoluble malaise qui secoue cette société depuis les années 90.

Pendant 1h10, 2LDK parvient à éviter la plupart des écueils inhérents au huis clos : on a pas le temps de s’ennuyer tellement le rythme est élevé, le confinement symbolisé par l’appartement fermé est dépassé et transcendé par le génie visuel filmique (il faut avouer que l’appartement est assez grand) de la Yukihiko Tsutsumi pour transmettre au spectateur la haine et la solitude incarnés par l’immensité impersonnelle de la métropole tokyoïte, sans jamais la montrer .

2LDK est au final un thriller psychologique furieux qui vous entraîne, au travers d’une gradation des malaises provoqués par les petits problèmes du quotidien, dans une vraie descente aux enfers qui oscille jouissivement entre horreur et consternation, bref une petite perle d’humour noir à se procurer immédiatement.

Notation : 8/10
> Attention, ce film peut avoir des conséquences néfastes sur une colocation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation